Logo cession commerce

L’inflation, au cœur des préoccupations des dirigeants

En cette période de vœux, de bonnes résolutions et de souhaits, quels sont ceux des chefs d’entreprise pour 2023 ? Au travers de son enquête mensuelle, la CCI a interrogé les dirigeants sur leurs souhaits, mais aussi sur leurs craintes et sur leur moral.

Par Cyril ANDRE - le 03/01/23

L’enquête mensuelle « Grande consultation des entrepreneurs », menée par la CCI, ausculte chaque mois le moral et les intentions des dirigeants. Les souhaits des chefs d’entreprise pour 2023 confirment les inquiétudes qui se concentrent sur la crise énergétique et ses conséquences. Le premier souhait cité, à 53 %, est le retour de l’inflation à un niveau normal. Le second est une accalmie de la crise énergétique (41%) et le troisième une diminution des tensions géopolitiques mondiales (36 %).

Ces problématiques conjoncturelles arrivent loin devant celles qui, jusqu’à peu, se trouvaient au cœur des préoccupations des dirigeants. Ainsi, ils ne sont plus que 19 % à s’enquérir de la réduction du chômage, 13 % à souhaiter l’arrivée de main d’œuvre supplémentaire dans les secteurs en tension et 11 % à espérer une diminution des difficultés d’approvisionnement.

En raison de la crise énergétique, et notamment des menaces de coupure d’électricité le moral des dirigeants demeure à un niveau bas. L’indicateur de l’optimisme (sur une base 100) n’est qu’à 67, soit une baisse de 7 points par rapport à novembre 2022 (l’enquête s’est déroulée en décembre 2022).

Des inquiétudes sur la situation économique

Par ailleurs, la satisfaction des dirigeants quant à la situation économique actuelle marque un recul de 4 points à 33 %. Pas moins de 43 % de ces derniers estiment que la situation passée était plus favorable. La confiance dans les perspectives économiques de sa propre entreprise est en baisse chez les dirigeants de structures de moins de 10 salariés (58 %, - 6 points), comme chez ceux d’entreprises plus grandes (76 %, - 6 points). Toutefois, soulignons que chez ces derniers, la confiance est à un niveau assez élevé.

Sur une autre thématique, et par rapport au début du quinquennat précédent, la majorité des dirigeants considère que les obligations liées à la gestion d’une entreprise se sont alourdies. En effet, 61 % de ces derniers considèrent qu’elles sont, aujourd’hui, plus compliquées à gérer qu’il y a 5 ans (dont 36 % beaucoup plus compliquées).

« En parallèle de leurs obligations pour leur entreprise, les dirigeants considèrent que les administrations de l’État s’investissent davantage dans leur rôle de contrôle (59 %) et de sanction (52 %), que dans un rôle de conseil vis-à-vis des entreprises (27 %) », souligne la CCI dans son enquête.

Devant les risques de coupure d’électricité de deux heures dans certains territoires si la production électrique s’avérait insuffisante, les dirigeants sont, bien entendu, inquiets.  Dans ce cas de figure, 83 % des dirigeants déclarent que l’activité de leur entreprise serait perturbée. Parmi ces derniers, 42 %estiment qu’elle serait complètement bloquée et 20 % gravement perturbée.